Zone industrielle de Lacq



136 décès supplémentaires parmi les 1124 recensés sur le bassin de Lacq sur trente ans.

La pollution industrielle en cause ?

 

Alors que les émissions polluantes irritantes allant jusqu’aux bronchospasmes persistent sur le bassin de Lacq(1), les représentants de l’État et le ministère de la santé refusent toujours de prolonger l’évaluation épidémiologique faite par L’ISPED(2) réalisée en 2002 et évoquée par la Cour des comptes au printemps 2015 lors de son Référé n° 71737 du 26 janvier 2015.(3) Alors que les émissions polluantes irritantes allant jusqu’aux bronchospasmes persistent sur le bassin de Lacq(1), les représentants de l’État (...)

POLLUTION de L’AIR à LACQ (64)

Le beau ciel de Pau troublé par les fumées de Lacq

 

L’été 2015 a été marqué par de nouveaux types de pollutions avec des fumées irritantes, provoquant jusqu’à des bronchospasmes. Cela a déclenché des plaintes des riverains, et une réunion de plus de 140 personnes à Abidos. Du jamais vu depuis 1960. Qu’en est-il actuellement ? Les sources de pollutions ont-elles été identifiées, maîtrisées ? L’été 2015 a été marqué par de nouveaux types de pollutions avec des fumées irritantes, provoquant jusqu’à des bronchospasmes. Cela a déclenché des plaintes des riverains, et (...)

BASSIN DE LACQ : SURMORTALITÉ de 14 % de 1968 à 1998 dans la zone la plus proche des installations industrielles, et MAINTENANT ?

 

Une étude épidémiologique, menée en 2002 sur la période 1968-1998 par l’ISPED est restée sous silence. « Cette étude fait ressortir une surmortalité de 14 % chez les moins de 65 ans dans la zone la plus proche des installations industrielles » déclare la Cour des comptes dans son référé rendu public le 9 avril 2015. SIGNEZ NOTRE PETITION EN LIGNE. La zone concernée va de Maslacq à Serres-Sainte-Marie et d’Arthez-de-Béarn à Parbayse. Elle concerne le suivi de 22 723 personnes sur 30 ans. Dans cette zone, (...)

Nanotubes de carbone

Pourquoi ne pas informer sur les vrais risques ?

 

Malgré la parution en 2013, d’un rapport inquiétant de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) concernant les nanotubes de carbone (GRAPHISTRENGTH C100) produits par Arkema sur son site de Mont, l’industriel affirme fabriquer ces matériaux sans que l’on puisse connaître véritablement le nombre de tonnages produits . Il est en cela appuyé par les pouvoirs publics. Ainsi fin 2014 le Conseil régional d’Aquitaine a renouvelé son contrat de (...)

Vic Bilh : l’après TOTAL : 25 000 m3 de gaz brûlés en plein air chaque jour !

Communiqué de presse du 26 mars 2015

 

Nous apprenons en CODERST que la société Vermilion procède au « brûlage continu de gaz brut sur le centre de production de Vic Bilh ». Cela dure depuis octobre 2013. Le dossier parle de 25 000 à 30 000 m3 de gaz brûlé par jour. Ce gaz contenant de l’H2S n’est pas simplement torché mais « brûlé par un oxydeur thermique ». Les voisins de Saint-Jean-Poudge décrivent flammes et fumées. La SEPANSO Pyrénées-Atlantiques alerte et pose des questions : Comment un tel gaspillage, une telle pollution est-elle (...)

TOTAL pollueur mais pas payeur

Communiqué de presse du 12 décembre 2014

 

« “La situation économique, pas florissante, a des conséquences sur toutes nos actions. Il s’agit d’un report, pas d’une annulation. Nous honorerons les contrats en cours jusqu’à la fin du premier trimestre 2015” confirme Marc Bourdat, responsable de la communication Sud-Ouest pour le groupe pétrolier ». Voilà ce qu’ose prétendre Total concernant la dépollution des terrains du bassin de Lacq. Pour la SEPANSO 64 ceci pose encore une fois le problème de la dépollution des sites laissés par les industriels (...)

Rejets de CCl4 par Arkema Mont

Rappel des faits et réponse de la Commission européenne

 

Conférence de presse du 17 mars 2014 Rappel des faits ARKEMA à Mont utilise comme solvant, dans un procédé unique au monde, une substance, le CCl4 (ou tétrachlorure de carbone), connue pour être potentiellement cancérogène, mutagène et reprotoxique et pour être un destructeur de la couche d’ozone. En vertu du Protocole de Montréal, le niveau maximal d’émissions de substances qui appauvrissent la couche d’ozone pour l’ensemble de l’Union européenne est de 17 tonnes par an. Ces 17 tonnes valent pour (...)

Lacq : une véritable poubelle souterraine

Gratuite pour Total, confiée plus tard au contribuable

 

Conférence de presse du 17 mars 2014 Comment injecter des effluents chimiques dans le Crétacé 4000 sans payer un euro Qu’est-ce que le Crétacé 4000 ? Le Crétacé 4000 est constitué par des couches géologiques situées à 4000 mètres de profondeur formé pendant une période géologique qui s’étend de -145,5 à -65,5 millions d’années . C’est là que l’on a trouvé le gisement de gaz de Lacq contenant de l’hydrogène sulfuré et exploité depuis les années 50. L’utilisation du Crétacé 4000 comme poubelle chimique sur Lacq (...)

Los mots deu silenci

 

Parler des conséquences environnementales de l’industrialisation du complexe de Lacq est un sujet que bien peu de personnes ont osé soulever depuis la découverte du gisement. Si le problème environnemental a été posé de façon cruciale au début de l’exploitation du gisement de Lacq, puis dans les années 1970 par quelques écologistes, que l’on méprisait plus qu’ils n‘étaient écoutés, et par quelques rares syndicalistes, il n’est abordé aujourd’hui que dans des instances de concertation dont le grand public (...)

Le complexe de Lacq

 

D’une zone rurale à un complexe industriel Le complexe industriel de Lacq est situé entre Pau et Orthez, sur la plaine du Gave de Pau, au milieu des « saligues », forêts inondables ou ripisylves, là où se trouvaient des prairies marécageuses, des bosquets. Il n’y avait autrefois aucune construction, le risque d’inondations étant trop important. C’était une région essentiellement rurale qui vivait de polyculture. A la fin des années 1950, deux révolutions techniques arrivèrent en même temps : le maïs (...)

Actualités précédentes : 0 | 10 | 20